Accueil

Les avis de décès Urschenheim

Avis de Décès

Ils nous ont quittés, le saviez-vous ?

Lorsque l’on apprend la perte d’un proche, d’un être cher, le choc est difficile à supporter. Un long cheminement va se mettre en place afin de reprendre goût à la vie et accepter cette tristesse.

Le deuil a la particularité d’être un processus complexe et lent. Chacun traverse cette période à sa façon. Certains accepteront rapidement l’absence du défunt, d’autres prendront plusieurs années à réinvestir leurs vies.

Notre Commune a souhaité les saluer, en faisant une information, pour ne jamais oublier...

Avis de Décès de l'année 2020

Madame Antonietta Maria HELBERT

née BIZZARO

le 23/03/2020

Madame Christiane Amélie EYMANN

née MULLER

le 04/05/2020
Monsieur Georges Gaston THOMANN le 04/07/2020

Madame Denise RINGLER

née HAEFLINGER

le 21/07/2020

Madame Adrienne KELLER

née FOECHTERLE

le 21/12/2020

 Avis de Décès de l'année 2019

Monsieur Marc Marcel SCHUH

le 16/02/2019

Madame Renée Aline LOOS

née BETTERICH

le 15/06/2019
Monsieur Serge COMBE le 05/07/2019

Madame Colette MERTZ

née SCHILLINGER

le 13/12/2019

 Avis de Décès de l'année 2018

Madame Caroline REISSER

née DIEFFENTHALER

 le 09/02/2018

Madame Linda Monique BODEIN

née STUDLE

 le 19/02/2018

Madame Anne Marie Joséphine KURTYKA

née MATHEBS

le 11/05/2018
Monsieur Pascal Yves MOUNOT le 15/05/2018
Monsieur Albert Joseph REMOND le 12/08/2018

Madame Elise Denise RINGLER

née FREY

le 05/09/2018
Monsieur André Raymond BAUMANN le 20/09/2018

Les étapes du Deuil

La première étape du deuil : le déni

La première étape du deuil est le déni. Le choc de l’annonce est une source de traumatisme, pour le proche, c’est un moment impossible à accepter. Ce refus de la réalité est un mécanisme de défense qui nous permet de faire face à la réalité. Cette réaction est tout à fait normale dans le processus du deuil, cependant elle ne doit pas durer.

La deuxième étape du deuil : l'injustice

Pourquoi lui ? Le sentiment d’injustice est la deuxième étape du cheminement, la colère liée au deuil va s’accroître. Certains vont tourner cette colère vers eux-mêmes, d’autres vers l’entourage, le personnel médical ou le défunt. Cette étape est un processus naturel, c’est un signe de réactivité exacerbée.

La troisième étape du deuil : le marchandage

Dans son ouvrage (Five Stages of Grief), la psychiatre définit la troisième étape de marchandage, une envie, une négociation, afin de passer encore quelques moments avec le défunt. Un repli sur soi est souvent vécu par les proches. Il ne faut pas hésiter à demander le soutien de son entourage ou demander de l’aide à des associations, un thérapeute ou une assistante sociale, qui trouveront les mots pour aider à supporter la douleur, notamment dans la quatrième étape, la dépression.

La quatrième étape du deuil : la dépression

La colère et la tristesse évoluent vers une anesthésie affective. La souffrance est liée à la conscience réelle de la perte que l’on a subie. Cette période peut se produire longtemps après le deuil. Au stade le plus poussé, le proche peut avoir un désir de mourir pour rejoindre le disparu.

La cinquième étape du deuil : l'acceptation

Un retour progressif à un état émotionnel normal arrive en dernière phase, c’est l’acceptation. Progressivement, l’humeur se régularise, la personne endeuillée va retrouver goût à la vie en supportant la douleur de la disparition. Cette étape est un travail de recul pour les proches et d’apaisement intérieur.

(Source : Libramémoria)

Haut de page